Histoire de la CGT

« Celui qui voudra s’en tenir au présent, à l’actuel, ne comprendra pas l’actuel »                                                                                                                                  Jules Michelet

Parce que le présent ne s’éclaire qu’à la lumière du passé, il est important de comprendre le rôle et la place du syndicalisme, syndicalisme de luttes au sein duquel la CGT joue un rôle essentiel. Vous trouverez ici des documents à voir, écouter et lire qui donnent à comprendre le passé pour donner du sens à notre présent et pouvoir ainsi agir en pleine conscience sociale.

Vous pourrez également consulter le site de l’Institut d’histoire social de la CGT qui constitue une source documentaire d’une très grande richesse.

Bonnes lectures et bons visionnages à tous.

 

 

DOCUMENTS

La Charte d’Amiens de 1906

 

 

 

VOIR ET ECOUTER

Histoire du syndicalisme français

Les structures de la CGT, toute une histoire

Pourquoi la grève

 

 

INSTITUT D’HISTOIRE SOCIALE (IHS) DE LA CGT

Site internet de l’IHS-CGT

 

 

 

REPERES CHRONOLOGIQUES


Des origines à septembre 1895 : la naissance de la CGT ou la lutte pour l’unité
La révolution française a considérablement accentué les différenciations sociales. Au cours du 19ème siècle, chaque groupe social est en recherche d’identification. Le mouvement ouvrier s’affirme au travers des luttes sociales, et par sa participation aux grands évènements politiques (révolution de 1830, insurrection de février 1848, commune de 1871). Face à la structuration du patronat, les premières organisations ouvrières se mettent en place. Les congrès qui se succèdent vont voir apparaître différents courants dans une période marquée par des grèves et la répression. La fondation de la CGT à Limoges en septembre 1895 repose à la fois sur un processus unitaire, et sur le départ d’une partie des militants. La grève générale, l’autonomie syndicale et le syndicalisme de métier constituent les trois pans de la CGT.


De 1895 à la scission de 1920
La CGT face au premier conflit mondial. Le débat syndicats/partis politiques s’approfondit. Les questions non résolues des structures de la CGT empêchent encore une véritable unification de la confédération. Si les tendances subsistent dans la CGT, l’unité demeure face à la répression et aux manoeuvres intégrationnistes du pouvoir. La charte d’Amiens adoptée en 1906 marque le triomphe des thèses de l’anarcho-syndicalisme. La question de l’Etat va cristalliser les clivages dans la CGT entre réformistes et révolutionnaires, accentués par l’arrivée au gouvernement d’anciens dirigeants socialistes à l’approche de la guerre. C’est dans ce contexte que peu à peu la CGT va rallier l’union sacrée, après avoir lutté contre. Au lendemain de la guerre, les divisions persistent. En novembre 1919, la CFTC se constitue sur un base confessionnelle, ouvertement opposée au syndicalisme de classe. La CGTU naît de l’exclusion des minoritaires de la CGT. Le pluralisme syndical a fait place à la division syndicale : CGT, CGTU, CFTC.

1920 – 1936 : vers la réunification
Dans une période marquée par la mutation de l’ouvrier de métier vers l’ouvrier d’industrie et l’essor du Taylorisme, CGT et CGTU s’opposent sur les formes et les moyens pour transformer la société. La CGT voit ses effectifs croître jusqu’en 1930. Elle regroupe dans un premier temps tous les opposants au réformisme, alors que la CGTU se structure à partir des organisations issues de la CGT. La crise économique et sociale se développe. Le coup de force des ligues d’extrême droite en 1934, et la tendance au « durcissement » de l’Etat entraînent une manifestation commune de la CGTU et de la CGT. Les directions confédérales sont obligées de discuter de la réunification qui se réalise en 1936 au congrès de Toulouse. Cette unité est due en grande partie à la pression de la situation et aux exigences de la politique intérieure. Avec le succès du Front Populaire et les luttes, le patronat doit reconnaître la CGT et signer les accords de Matignon.


1937 – 1947 : la deuxième guerre mondiale et les vicissitudes de l’unité
Les clivages au sein de la CGT rebondissent à propos de la guerre civile espagnole, de la pause des réformes décrétée par le gouvernement, des accords de Munich et de l’échec de la grève générale contre les décrets lois. La CGT éclate, certains militants devenant clandestins, d’autres rejoignant Pétain. Il faut attendre 1940-1941 pour que des luttes émergent et se développent, et 1943 pour que la CGT se réunifie. Celle-ci, avec la CFTC participera à la résistance, et à la grève insurrectionnelle qui libère Paris. Après la libération, la CGT appelle à la bataille de la production pour la reconstruction économique du pays. En 1944, naît la CGC liée au fait que la CGT n’a pas suffisamment pris en compte les spécificités des Ingénieurs, cadres et techniciens. La guerre froide et les stratégies divergentes, le poids du passé, et ce malgré des acquis importants tels que les nationalisations, les Comités d’Entreprises, la Sécurité sociale, divisent la CGT. En 1947 la CGT-FO se constitue. Les enseignants créent la FEN, refusant de choisir entre la CGT et FO.


1947-1968 construire l’unité d’action
Malgré l’affaiblissement de la CGT, des luttes se développent dans un contexte de guerre froide. L’importance des grèves de 1953 sur le problème de l’âge de la retraite dans la fonction publique débouche sur des luttes unitaires dans de nombreux secteurs. Celles-ci se renforcent au regard de la hausse des prix, des atteintes à la sécurité sociale, du blocage des salaires et de la dévaluation. Dans le même temps, la CGT se lance dans la bataille pour la fin de la guerre en Algérie. En 1964 la CFTC scissionne. La CFDT se crée. Une minorité maintient la CFTC avec sa référence confessionnelle. Confrontés au blocage des salaires, à l’austérité, à la multiplication des fermetures d’entreprises et des licenciements, CGT et CFDT signent en 1966 un accord sur des revendications minimales. les grèves et les manifestations unitaires se succèdent. Hormis la grève générale du 13 mai 1968 contre la répression, qui fut unitaire avec la CFDT, la FEN et l’UNEF, chaque organisation syndicale fera cavalier seul dans le contexte des évènements de 1968. Ceux-ci déboucheront sur les accords de Grenelle. 1968-1981 : Les syndicats face à la crise. Les bouleversements technologiques et les mutations du salariat s’accèlèrent. Après les évènements de 1968, le changement social est à l’ordre du jour. A partir de mars 1969, première journée d’action unitaire CGT-CFDT, les luttes unitaires vont se développer dans tout le pays (Lip, Rateau…). Mais peu à peu les relations vont se tendre entre la CFDT et la CGT. Recentrage oblige, à partir de 1978, la CFDT freine les mobilisations unitaires. c’est le cas sur la sécurité sociale ou la retraite, la CGT appelant seule. La CFDT prône le réalisme à tout prix… Quitte à laisser le terrain des revendications au patronat.


De 1981 à nos jours : l’émiettement du syndicalisme et la question du syndicalisme rassemblé
Après l’élection de F. Mitterrand, la désunion est totale. La CGT demeure la seule force d’entrainement des luttes, alors que la CFDT prône le « réalisme social », FO « l’indépendance » et la CGC « le corporatisme ». Dans le même temps se constitue le Groupe des 10 à partir de syndicats autonomes. A partir de 1986, la CFDT tente une recomposition syndicale avec la FEN, qui elle-même cherche à dégager un axe réformiste avec FO et la FGAF. Le 1er mai 1988 est célébré par la FEN, la CFDT, la FGAF et le SNUI. En 1991, les accords CFDT-FEN ne rallient pas FO, la CGC ni la CFTC. Certaines composantes du groupe des 10 rejoignent la FEN en 1992. Le seul objectif apparent de ces différentes recompositions « ratées » étant la marginalisation de la CGT. La CFDT multiplie les exclusions, d’où la création de Sud-PTT et de CRC dans les hopitaux. La FEN éclate en 1992, création de la FSU. En 1993, l’UNSA est constituée à partir des syndicats demeurés à la FEN, la FGAF, la FMC, la FGSOA et la FAT. La CGT poursuit son travail unitaire. En 1995, FO, SUD, FSU et des militants CFDT se mobilisent avec la CGT contre les projets gouvernementaux remettant en cause les retraites. L’éparpillement se poursuit. L’UNSA, reconnue représentative, et le groupe des 10 tentent de se structurer. FO et CFDT connaissent des divergences internes importantes. Dans ce contexte, la CGT lance l’idée du « syndicalisme rassemblé », idée sur laquelle les syndicats d’entreprise CGT ont parfois du mal à se retrouver au regard des prises de position de centrales syndicales comme la CFDT notamment. La place plus grande occupée par le « syndicalisme institutionnel  » exercé par les confédérations syndicales interroge elle aussi sur la nécessité de repenser le syndicalisme de terrain et d’action à l’aune des enjeux sociaux et politiques du XXIème siècle.

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article