9 octobre : ensemble à la conquête d’un autre avenir

Le 9 octobre constituera une journée de mobilisation interprofessionnelle à l’appel de la CGT et de plusieurs organisations syndicales.
Nos salaires, pensions de retraite et minima sociaux stagnent et les dividendes versés aux actionnaires, multipliés par cinq en 30 ans, flambent ! En une décennie, les dix plus riches fortunes françaises ont vu leur patrimoine quadrupler alors qu’il faut six générations à une famille pauvre pour atteindre le revenu moyen.
La France est le pays qui détient le record mondial pour l’augmentation des dividendes versés aux actionnaires !
Les annonces gouvernementales et les contre-réformes successives ne font qu’amplifier le creusement de ces inégalités : une large majorité de la population juge injuste et inefficace la politique du gouvernement au service exclusif des intérêts patronaux.
Dans la fonction publique, CAP 2022 et les circulaires du 24 juillet 2018 du gouvernement sur les services publics veulent pulvériser des missions et des services entiers, et accentuer la casse du Statut des fonctionnaires : recours accru voire exclusif aux contractuels, système de rémunération au mérite, carrière laminées avec pression sur les agents pour quitter la fonction publique, fusion des instances de représentation du personnel avec notamment la disparition des CHSCT.
Il faut stopper ces armes de destruction massive de la part du gouvernement contre les fonctionnaires. Pour cela, la mobilisation des salarié-e-s constitue la meilleur des armes de défense. Et la grève demeure l’arme ultime des salarié-e-s pour défendre leurs droits et en conquérir de nouveaux, même si en cette période il s’agit surtout de défendre les conquêtes arrachées par nos aînés (Sécurité sociale, retraites, temps de travail, statut des fonctionnaires…).

*****

Cette journée doit permettre de porter les revendications suivantes :

Une réelle négociation salariale, immédiate, avec le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;

L’abrogation du RIFSEEP, dispositif injuste et portant atteinte à la fonction publique de carrière ;

L’abandon pur et simple de toutes les réformes du gouvernement Macron concernant la fonction publique, compte tenu de leur caractère régressif et antidémocratique, en particulier de CAP 2022 et des circulaires du 24 juillet 2018 ;

L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations d’emplois statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;

Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ;

L’abrogation du jour de carence ;

La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers, ainsi que l’amélioration de la reconnaissance de la catégorie active et de la pénibilité ;

Le respect plein et entier de la démocratie sociale, l’arrêt de la répression du syndicalisme, de son rôle de représentation des agents et de ses moyens de fonctionnement et d’intervention (CT, CHSCT et CAP).

Tract CGT 9 octobre 2018

Appel unitaire fonction publique 9 octobre 2018

Préavis de grève CGT-Uspatmi 9 octobre 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *