« On a l’impression d’avoir des préfectures qui rentrent au CAC 40 ».

En plein coeur des vacances, le gouvernement a sorti le 24 juillet 2018 une circulaire relative à l’organisation territoriale des services publics.

Pour la résumer, cette circulaire demande aux préfets de détruire les services publics en réalisant des économies dans leur région ou leur département (enfin, ça se traduit en termes choisis dans la circulaire : mutualisation, efficience, rationalisation etc).

En vue de récompenser les préfets pour arriver à leurs fins, il est prévu dans cette circulaire le point suivant en page 10 : « Un mécanisme d’intéressement aux économies réalisées sera également instauré ».

On vous invite à visionner le reportage que France Télévision a réalisé sur le sujet, notamment sur le « mécanisme d’intéressement », ce qui fait dire à un élu dans le reportage : « On a l’impression d’avoir des préfectures qui rentrent au CAC 40 ».

Il faut savoir que ce n’est cependant pas nouveau que les préfets touchent de l’argent en fonction de leurs résultats (reconduites à la frontière, sécurité routière, diminution des effectifs…). Un préfet perçoit environ 50 à 60 000 € de primes par an, voire plus pour un certain nombre d’entre eux.

L’intéressement aux économies réalisées, c‘est une méthode empruntée au privé. Les préfets ont jusqu’à la mi-octobre pour proposer une réorganisation des services publics, sans perdre de vue l’objectif fixé par Macron : la suppression de 50 000 postes de fonctionnaires pendant son mandat.

 

Circulaire du 24 juillet 2018 relative à l’organisation territoriale des services publics

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire