Braquage sur l’action sociale des agents de l’Etat

Les crédits alloués à l’action sociale interministérielle des fonctionnaires pour l’année 2014 s’élèveront à 119,8 millions d’euros, soit une baisse de 11 %, selon un rapport budgétaire de l’Assemblée nationale. Ces prestations concernent notamment les chèques-vacances, la garde des jeunes enfants ou le logement des agents publics.

Concernant l’installation des agents on apprend que l’aide à l’installation des personnels de l’État devrait être supprimée en 2014. D’un montant plafond de 900 euros quand les agents sont affectés en Île-de-France ou en zone urbaine sensible et de 500 euros dans une autre région, elle représentait 4,8 millions d’euros en 2013. Le rapporteur spécial s’interroge sur le bien-fondé d’une telle suppression alors que les postes de catégorie C sont très difficiles à pourvoir dans les grandes villes en raison notamment du coût prohibitif des loyers, observe le rapport.

On peut aussi traduire la « logique » de la décision du gouvernement par : les agents sont tellement à sec financièrement qu’ils ne peuvent plus se loger dans les grandes villes, et il n’est donc plus utile de leur accorder l’aide à l’installation (même dérisoire). CQFD

Voilà comment le gouvernement prend acte et pousse encore plus loin la fracture territoriale entre la France des métropoles et la France des périphéries, et les conséquences qu’il en tire pour les fonctionnaires.

LES AVANTAGES SOCIAUX DES FONCTIONNAIRES VONT (BEAUCOUP) RECULER – acteurs publics juillet 2013

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire